ça plane pour lui !

“La nuit était tombée… le plafond nuageux était resté assez bas… mais il fallait que je m’évade. Je n’avais plus le choix.
Bravant les vents violents, je démarrai mon engin pour rejoindre en quelques minutes le ciel étoilé au-dessus des nuages .
le moteur ronronnait régulièrement, dans une heure je serai à bon port… Ma nouvelle hélice fonctionnait à merveille ! ".

Alain Valette.